Oenotourisme

Vendanges en Côte-d’Or : de la récolte au verre

Vendanges
Michel Baudouin

Ça y’est les raisins commencent à arborer leurs belles robes définitives, les vendanges vont enfin pouvoir commencer ! Chaque année entre août et septembre, les vendanges ouvrent le bal de la production viticole en Côte-d’Or. Alors plutôt sécateur ou panier ?

Qui donne le top départ ?

Vendanges maturité raisin

Côte-d’Or Tourisme – Rozenn Krebel

Généralement, les vendanges débutent au cours du mois de septembre mais d’autres facteurs rentrent en jeu : le sol, le millésime, le cépage et également la météo. C’est au vigneron de prendre la décision en fonction des critères de maturité du raisin. D’ailleurs, comment sait-on que le raisin est prêt à être récolté ? La plus ancienne technique revient à goûter le fruit, et aussi le pépin. Le vigneron jauge le taux de sucre et donc d’alcool. Il existe également un appareil (le réfractomètre) permettant d’indiquer la maturation du raisin, et décide, à la fois grâce à la science et à son expérience, de la date de récolte.
Petit indice pour briller dans les diners : On estime généralement qu’il faut compter 100 jours entre l’apparition de la première fleur de vigne et la maturité du fruit.

D’ailleurs, une fois les premières analyses réalisées, la date des vendanges dans chaque vignoble est officialisée grâce au ban des vendanges, qui est un arrêté préfectoral déterminant le début de celles-ci.

En Bourgogne, les premiers raisins vendangés sont les chardonnay destinés au Crémant de Bourgogne, puis les chardonnay destinés au vin blanc tranquille et enfin les pinot noirs qui donnent les vins rouges.

Une tradition ancestrale

Travail vendangeurs

Côte-d’Or Tourisme / Rozenn Krebel – Michel Baudouin

La plupart des domaines viticoles de Côte-d’Or vendangent à la main. Qui de mieux que l’homme pourra repérer et trier les baies abîmées de son œil avisé et déposer soigneusement les grappes dans son panier afin d’éviter de les endommager ? Selon la taille de l’exploitation, le vigneron recrute une équipe de vendangeurs pour s’atteler au tri et à la sélection des grappes. Une fois coupées, elles sont soigneusement posées dans des paniers récupérés par les porteurs. Et hop, direction la table de tri, puis le pressoir. En Côte-d’Or environ 2000 personnes qui viennent grossir les rangs des travailleurs de la vigne durant 2 semaines en moyenne.

Une journée dans la peau du vigneron

Vendanges tri

Aurélien Ibanez – BIVB / Michel Baudouin

Une journée type commence à l’aube, et le travail débute avec le lever du soleil sur les vignes, sympa non ? (D’ailleurs c’est le meilleur moment pour apercevoir le Mont Blanc qui fait régulièrement son apparition en Côte-d’Or ! ) Un sécateur et un seau à la main, c’est parti ! Après une matinée d’effort, le repas est partagé entre vigneron et vendangeurs. … Puis, requinqué, on repart au travail jusqu’à 17h environ (sans oublier le casse-croûte de 16h évidemment). Les vendangeurs posent les paniers, sécateurs, seaux et machines pour un repos bien mérité avant une nouvelle journée de travail.

Bref, les vendanges c’est sacré : l’apogée des efforts du viticulteur, fruit de tout un travail annuel et qui marque le début de la transformation du raisin en vin. Alors oui, c’est un travail physique, on ne va pas se le cacher mais les vendanges c’est aussi synonyme de partage et de convivialité, une vraie aventure humaine et authentique.

Vendanges

Guy Bocard – Olivier Leflaive – Marthenry Boillot

Et si vous deveniez vendangeur d’un jour ?

 

En résumé