BackGround
<retour
Scanner ce QR Code pour télécharger cette fiche sur votre mobile

Théâtre municipal de Beaune

  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...

Agrandir la carte et rechercher
 64 rue de Lorraine 21200 Beaune

Descriptif

Une nouvelle saison s’ouvre au Théâtre Municipal, la 26ème et pas des moindres !
J’ai le plaisir, cette année encore, de vous présenter une programmation d’une grande richesse, qui répondra aux goûts et éveillera l’intérêt de tous les publics.
Notre Théâtre vous accueille par milliers chaque année, spectateurs exigeants et curieux, qui appréciez la richesse et la diversité de nos propositions.
Le partenariat fructueux avec les Rencontres de la Maison Jacques Copeau nous vaut d’accueillir deux immenses artistes : Philippe Caubère, dans sa phénoménale Danse du Diable et le subtil humoriste algérien Fellag, dans son tout nouveau spectacle Bled Runner.
Les grands textes reçoivent un traitement original, comme Belle du Seigneur d’Albert Cohen, Les Femmes Savantes, ou La discrète amoureuse, éblouissante adaptation de la comédie de Félix Lope de Vega.
Cette saison nous interroge aussi. Avec Orphelins, thriller qui invite le crime à la table familiale. L’Egaré, fable amère qui dans une somptueuse réalisation visuelle nous raconte le rejet de l’autre. Le Silence de l’Exode, du clarinettiste Yom, installe sa musique fascinante aux confins des traditions juives et moyen-orientales.
Le divertissement et l’humour convoquent des spectacles prestigieux comme Tutu, hommage très décalé à la danse ou Hotel Paradiso, chef-d’œuvre d'humour noir internationalement fêté. Cinq de Coeur se lance dans Le concert sans retour, alors que le Professeur Rollin, virtuose de l’absurde, maltraite la bien-pensance.
Le jazz, la danse, le cirque ne sont pas oubliés, pas plus que nos plus jeunes spectateurs.