Vercingétorix

Offres associées

Centre d'interprétation du MuséoParc Alésia

Alise-Sainte-Reine

A sa rencontre

Voilà sans doute, parmi tous les hommes qui ont traversé l’Histoire de France, le plus célèbre. Elevé au rang de héros national et littéralement de mythe dans un XIXème siècle en mal de « sauveur de la nation » (surtout après les défaite de 1870), il est aussi celui dont on ne sait pas grand-chose. Il faudra se baser sur la parole de son meilleur ennemi Jules César, et sur des témoignage de la vie de la Gaule à l’époque pour voir peu à peu se dessiner l’homme derrière l’image ; homme souvent si mal représenté.
Qui est donc Vercingétorix ? C’est d’abord le fils d’un puissant chef gaulois du peuple arverne (dans l’actuelle région de Clermont-Ferrand). On imagine sa naissance autour de 65-70 av. J.-C. . En tout cas, selon les dires de César, il s’agit encore d’un « adulescens » quand ils se rencontrent (c’est-à-dire, pour les Romains, un âge antérieur à l’exercice des magistratures, qui est fixé à trente ans). Son père, Celtille, a été mis à mort par ses compatriotes pour avoir « convoité la royauté ». Il ira à son tour dans cette direction…
De ses traits physiques, nous ne savons guère plus même si l’imagerie populaire s’est toujours plu à représenter les Gaulois comme de solides gaillards aux cheveux longs et à la moustache au vent.
Sans même parler de trahison, c’est d’abord dans les troupes de César que Vercingétorix (qui signifie en fait « Roi suprême des guerriers ») fait ses armes en tant qu’auxiliaire gaulois ou sans fonction précise comme c’était le cas pour l’aristocratie riche et puissante en Gaule qui n’avait d’autre but que d’apprendre au contact des plus hautes fonctions.. Il semblerait même qu’il ait été relativement proche de César et qu’il ait combattu auprès du proconsul pendant une partie de la Guerre des Gaules. Période qui lui a permis de connaître l’armée romaine, de la regarder œuvrer et de se former à certaines de ses tactiques de combat. Certaines bien assimilées (comme la technique de la terre brûlée où il s’agit d’affamer ses adversaires en les poussant ainsi à bouger) lui serviront même pour mettre en péril son fameux « formateur » pendant l’année 52.
En guerrier conquérant, Vercingétorix a de l’ambition…mais pour la Gaule. Et quand l’histoire tourne en faveur d’une révolte grandissante contre les Romains, il saura saisir l’opportunité du bouleversement politique pour se faire proclamer « Roi des Arvernes » (en restaurant l’ancienne royauté) puis Chef suprême par l’Assemblée des Gaules à Bibracte.
Le destin de cet homme hors du commun restera jusqu’au bout scellé à celui de César, devenu par le fait son meilleur ennemi. Pour ce premier chef à unifier la Gaule, la fin est déjà proche. Vainqueur à Gergovie mais battu à Alésia, il sera déporté et emprisonné à Rome où il meurt (étranglé en 46 av. J.-C. dans le Tullanium, salle souterraine secrète du Carcer, la prison d’état située juste au pied du Capitole).

Offres associées

Centre d'interprétation du MuséoParc Alésia

Alise-Sainte-Reine

Carte interactive

  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...