Les secrets de la chouette de Dijon

Qu’on la côtoie tous les jours ou qu’on la découvre pour la première fois lors d’un périple à travers Dijon, la petite chouette en pierre sculptée dans un contrefort de l’église Notre-Dame est du genre à attiser la curiosité ! Porte-bonheur traditionnel et avant tout témoin du temps, la chouette est devenue un véritable symbole local qui soulève parfois quelques interrogations… Rue de la Chouette, parcours de la Chouette… Elle est partout et ce n’est pas pour rien ! On vous révèle les petits secrets qui se cachent derrière elle ;-)

 

 

Une chouette qui ne date pas d’hier

Bien ancrée dans la pierre de l’église Notre-Dame, on pourrait penser que la chouette date de la construction de l’édifice… et bien détrompez-vous ! Si l’église a été bâtie entre 1230 et 1250, la chouette, quant à elle, est un peu plus jeune et aurait été sculptée au 15ème siècle. Elle a tout de suite été adoptée des dijonnais, si bien qu’elle a donné son nom à la rue où elle se situe dès le Moyen-âge. Dès lors, la petite chouette est devenue la mascotte de la ville et il est alors paru inévitable qu’elle prête également son nom au parcours historique de la ville.

 

 


 

Mais pourquoi une chouette 

C’est vrai ça, pourquoi une chouette et pas un autre animal ? Les origines de la sculpture sont assez floues mais les hypothèses sont nombreuses. Certains disent qu’il s’agirait de la signature d’un maître d’œuvre qui avait pour nom « Chouet », d’autres y voient la représentation de l’animal totem d’Athéna, la déesse de la sagesse, ou bien simplement un signe protection grâce à la représentation de l’animal nocturne pouvant donner l’alerte en cas de problème.

 

Un porte bonheur ancestral

Touchez-la de la main gauche, placez votre main droite sur le cœur et la chouette exaucera votre vœu ! Comme l’atteste la pierre polie par le temps et surtout par les milliers de mains venues la caresser, cette tradition n’est pas toute jeune et tiendrait son origine de quelques histoires de fantômes au 17ème siècle. Depuis, il n’est pas rare de voir les dijonnais en quête de chance venir effleurer la chouette ! Les plus appliqués vous diront d’éviter la salamandre juste au dessus qui aurait le pouvoir d’annuler le vœu.

 

  

 

Et si la chouette était en réalité un hibou ?

Ce serait le comble ! Et pourtant, qui n’a pas remarqué les petites pointes en forme d’oreilles qui surplombent la tête de la sculpture ? Mais, c’est bien connu, les chouettes n’ont pas d’oreilles… Il s’agirait donc simplement d’aigrettes ; une petite zone de plumes présente uniquement chez les hiboux ! Même les spécialistes de la Ligue de Protection des Oiseaux se sont penchés sur le sujet et n’y voient pas d’autres explications. De quoi remettre en question des siècles de tradition. Mais pour certains, l’hypothèse du hibou est loin d’être illogique puisqu’il pourrait s’agir de la représentation d’un hibou grand duc pour rendre hommage aux célèbres Ducs de Bourgogne.

 

Pour les plus curieux                                                                                                  

Toutes ces anecdotes vous ont donné envie d’en savoir un peu plus sur l’histoire de Dijon ? Et bien suivez le guide. Enfin plutôt… La chouette ! Laissez-la vous embarquer dans le fameux « Parcours de la Chouette » grâce aux 1600 plaques à son effigie ancrées dans le sol qui vous guideront à travers le centre historique de la ville. Un parcours de 3km en 22 étapes vous attend. Et si la marche vous a ouvert l’appétit, direction  la pâtisserie L’Audace des Saveurs où Damien Audax vous confectionne de succulents chocolats… en forme des plaques du parcours de la Chouette ! Mais si vous préférez un souvenir dans lequel vous ne risquez pas de croquer, vous pouvez toujours passer à l’Office de Tourisme acquérir une vraie réplique des pavés ;-)

 

 

 

Cliquez ici pour découvrir d’autres secrets d’histoire en Bourgogne