BackGround

Les produits gourmands

 

« La Côte-d’Or » désigne un département mais aussi un restaurant, ambassadeur parfait de ce territoire. Autrefois tenu par Bernard Loiseau, cet établissement basé à Saulieu, rebaptisé « Relais Bernard Loiseau » est aujourd’hui mis en cuisine par Patrick Bertron, son ancien élève et bras droit. La carte de cette table mythique, trois étoiles au Guide Michelin, mêle les grands classiques du chef disparu et les plats subtils et inventifs de son successeur : un véritable hymne à la gastronomie française et régionale. En 2013, le chef pâtissier de l'établissement Benoit Charvet a également été récompensé en devenant "Chef Pâtissier de l'année".

En effet, les chefs côte-d’oriens intègrent volontiers les produits du terroir à leurs assiettes. La région n’en manque pas ; ils peuvent d’ailleurs à eux-seuls constituer un délicieux menu.

En entrée, quelques escargots de Bourgogne assaisonnés d’un beurre aillé et persillé viendront éveiller des papilles engourdies, avant que n’arrive dans notre assiette une belle pièce de viande charolaise, pourquoi pas accompagnée d’une pointe de moutarde.

Suite du repas sur les conseils avisés d’un célèbre gastronome bourguignon nommé Brillat-Savarin : « un repas sans fromage est comme une belle fille à qui il manquerait un œil ». Qu’à cela ne tienne, le plateau de fromages côte-d’orien est assez fourni pour que chacun y trouve son bonheur : « ami du chambertin », « cîteaux » ou encore le fameux fromage d’Epoisses à pate molle qui porte le nom du village d’Auxois où il est fabriqué.

Pour le dessert, le mariage de deux saveurs typiques fonctionne à merveille : pain d’épices et cassis, c’est l’alliance d’une gourmandise dijonnaise et d’un petit fruit très répandu dans les hautes côtes de Nuits. La fin du repas donnerait sans doute envie de trinquer à cette riche palette de saveurs. Dans ce cas, continuons à célébrez la Côte-d’Or en dégustant un bon Kir : 1/3 de crème de cassis, 2/3 de blanc aligoté comme la tradition le veut depuis que le Chanoine Kir, ancien maire de Dijon, a popularisé cette boisson. A moins d’opter pour une coupe de Crémant dont les petites bulles rappellent aussi les anis de Flavigny : pas question de dire non à ces bien bons bonbons.

Bon appétit !