Arrêt sur : Arnaud fait son deuxième film

Plus connu sous le nom de Jean-François dans la série « Que du bonheur » diffusée sur TF1, Arnaud Viard est aussi réalisateur et scénariste. Il sort ce mercredi 1er avril (et ce n’est pas une blague !) son deuxième long métrage « Arnaud fait son deuxième film ».

couv arnaud viar

Pourquoi on vous en parle ?

Parce qu'Arnaud VIARD, le réalisateur est un Côte-d’Orien pur souche ! Mais aussi parce que c’est le genre de films qu’on aime : des personnages drôles, avec des hauts et des bas, une histoire qui reflète celle de notre vie et qui dégage une puissante émotion.   L’histoire : A 45 ans, Arnaud voudrait réaliser - enfin - son deuxième film. Il voudrait aussi avoir un enfant avec Chloé, la femme de sa vie. Mais tout semble bloqué. Rien ne fonctionne, comme s’il avait du mal à accoucher de sa propre vie. Le film raconte alors comment les choses vont se débloquer. Dans cette autofiction, Arnaud va tout faire pour aller vers sa vie !   Dans la vraie vie, cela faisait 10 ans qu’Arnaud Viard n’avait pas réalisé de film. Alors pour la sortie de « Arnaud fait son deuxième film », il a tenu à rencontrer le public dijonnais lors de l’avant-première au Cinéma Darcy le 17 mars.  

Rencontre avec ce réalisateur passionné par le cinéma…et par la vie !

test1 Vous faites actuellement une tournée nationale pour présenter votre film, comment le public accueille-t-il le film ? Quelles sont ses réactions ?   Dans l’ensemble, je reçois un très bon accueil. Les gens sont très émus, ils trouvent que c’est un beau film, drôle, émouvant, comme la vie en fait ! Ils le trouvent aussi original, gai, euphorisant. Il donne même à certains l’envie de faire du théâtre, et surtout de vivre ! Comment avez-vous choisi vos acteurs ?   Pour le rôle principal (lui-même), ça s’est imposé facilement, je ne lui ai pas fait faire d’essai, disons que je lui ai parlé et il était partant. (rires)   Pour ma compagne, je cherchais une femme autour de mon âge, avec qui je pouvais faire un couple crédible ! J’ai pensé à Irène Jacob (palme d’or à Cannes pour le prix d’interprétation  pour le film « La double vie de Véronique » de Krzysztof Kieślowski).   Frédérique Bel que j’adore. C’est une femme étonnante, drôle, poétique et décalée. Et ce que je fais avec elle dans le film est assez surprenant !   Chris Esquerre est aussi présent dans le film. Je lui ai écrit un rôle spécialement pour lui de coach sexuel. Ça lui va très bien et on retrouve LE Chris Esquerre qu’on peut voir dans ses spectacles, un espèce de conférencier ringard.   Il y a beaucoup d’acteurs dans ce film et tous ont accepté, malgré le petit budget pour réaliser le film. Cela veut dire que le projet leur plait, qu’ils sont curieux, ou qu’ils ont aimé mon premier film « Clara et moi », avec Julie Gayet et Julien Boisselier.   Pas trop dur d’être à la fois devant et derrière la caméra (acteur et réalisateur) ? Non, ça a plutôt été. Ce qui était bien, c’est que, comme on n’avait que 22 jours pour tourner et que je devais jouer mon rôle d’acteur, je n’ai peut-être pas autant dirigé les autres acteurs comme le font de grands réalisateurs. Et je trouve que justement cela apporte plus d’émotion au film.   Où trouvez-vous votre inspiration pour réaliser des films ? Partout ! Dans tout ce qu’il vous arrive dans votre vie, il faut être capable de voir ce qui est étonnant, ce qui vous touche, vous bouleverse. Ça peut être une émotion, un visage, une histoire, un fait divers, un rêve que vous faites. Vous pouvez aussi mélanger votre vie et la littérature, la psychanalyse, le cinéma, votre amoureuse… et à partir de là peut naitre un film !   Ça peut aussi venir d’un acteur ! J’adore les jeunes ! J’aime être avec eux. Je vais bientôt avoir 50 ans, et ça me fait flipper ! Les jeunes sont gais, drôles. J’ai envie de faire un film avec eux. J’adore les jeunes acteurs du cinéma français comme Pierre Niney ou Félix Moati ! J’ai envie de les filmer comme dans « Réservoir Dogs », en bande, de les filmer en noir et blanc, et de s’amuser avec ça ! Le tout, c’est d’avoir du désir !   Quels sont vos projets pour la suite ? J’aimerais pouvoir réaliser trois films dont les scénarios sont déjà prêts. Et mon rêve : mettre en scène au théâtre Martin Eden de Jack London !   Un petit conseil pour ceux qui voudraient se lancer dans le cinéma ? Foncez ! Et désobéissez à vos parents !    Découvrez la bande-annonce du film :     test  

Pour vous la Côte d’Or, c’est quoi ?

Le vin : j’adore le vin ! Je trouve qu’il n’y a pas de meilleur vin que celui de Bourgogne ! D’ailleurs je ne bois que du vin. Le vin blanc de Bourgogne frais, c’est un délice ! Et aussi, le lycée Carnot : là où j’ai fait mes années lycée, et l’Embassy , LA boite de nuit phare de mon époque ! (rires). La Côte d’or ça représente tous les souvenirs de ma jeunesse en fait !  

Votre vin préféré ? 

Le Corton Charlemagne  

Votre lieu préféré en Côte-d’Or ?   

Fixin, le village où j’ai habité pendant 20 ans.  

Avez-vous déjà tourné en Côte-d’Or ?

Oui, mon premier court métrage La Fleur à la bouche, d'après Luigi Pirandello. J’ai tourné dans un bistrot à Paris et tous les extérieurs ont été tournés en Côte-d’Or à Dijon (place Saint-Bernard, la gare et la chouette).